Les orgues du Calvados et de la Basse-Normandie

L'orgue est certes le plus grand, le plus audacieux, le plus magnifique de tous les instruments créés par le génie humain. Honoré de Balzac

Dans le monde entier un orgue représente un instrument magique, celui qui impressionne énormément et celui qui parvient, tout seul, à remplir la salle avec sa sonorité. Ce n’est pas en vain que les orgues toujours faisaient partie des églises. De par la richesse de ses sonorités, par sa beauté architecturale, mais aussi par sa puissance, l’orgue a été toujours associé à la voix du Dieu. Pourtant, c’est une création humaine, construite par un artisan que l’on appelle un facteur d’orgue. C’est un métier qui nécessite des connaissances pluridisciplinaires profondes allant de la menuiserie à l’acoustique… Et fabriquer un orgue va de la conception architecturale de l’ensemble à la définition des harmonies.

Treize orgues ont été laissés à Caen par la famille Silbermann – de célèbres facteurs d’orgues alsaciens. Andreas Silbermann (né en 1678), d’origine allemande, contemporain de Bach, participa dans la construction de 35 orgues, installés principalement en Alsace. Les Silbermann formaient une grande famille de facteurs d'orgue et en quatre-vingts années de pratique ils ont réalisé 91 instruments en contribuant énormément au développement de la facture d’orgue alsacienne.

Un fait intéressant : dans une lettre du 2 novembre 1178 adressée à son père, Mozart mentionne sa rencontre avec Silbermann. Voici ce qu’il écrit : "Vous ne sauriez croire en quelle estime je suis tenu et comme on m’y aime. Les gens disent que tout est si noble en moi, que je suis si posé, si poli, que j’ai une bonne conduite ! Tout le monde me connaît. Aussitôt qu’ils ont entendu mon nom, les deux MM. Silbermann et M. Hepp (l’organiste) sont accourus me voir. M. le maître de chapelle Richter aussi..."

Voici en quelques-uns des plus importants églises et orgues qu’il convient de mentionner :

Église Saint-Étienne de CaenA été construit par la communauté calviniste en 1789 et inauguré le 21 mars 1790. Suite à l'édit de tolérance, les réformés obtiennent l'autorisation de construire un lieu de culte. Elle construit, 4 rue du Bouclier, un temple. La paroisse compte plus de 600 foyers. S’il ne reste rien de l’orgue construit en 1790 par Conrad Sauer, un élève de Silbermann, le buffet néo-classique est parvenu jusqu’à nous. Dans cet écrin peint et doré, un orgue neuf de 40 jeux dont 34 réels a été construit en 2006-2007 par le facteur belge, Dominique Thomas. Plutôt que de revenir à l’esthétique de Sauer, il a été décidé de s’inspirer fortement de la facture baroque de Thuringe, qui a été à l’origine de la plupart des œuvres d’un J.S. Bach. Le plus récent des orgues a rapidement trouvé sa place dans le paysage organistique de la ville.

Église Notre-Dame-de-la-Gloriette de CaenEn 1681, Louis XIV rend la cathédrale au culte catholique. Elle devient alors le Temple Neuf. A partir de 1765 le chœur est transformé en bibliothèque municipale. Malheureusement, l’église est détruite par le bombardement du 24 août 1870, incendiant intégralement la bibliothèque… L'orgue Joseph Merklin fut construit en 1877 par Joseph Merklin. Bien que transformé en 1935 et 1956, il conserve la grande majorité de ses tuyaux d’origine ainsi que son buffet et sa soufflerie. Classé au titre des Monuments historiques, l’orgue a été restauré en 2004-2008 par le facteur d’orgues nantais Nicolas Toussaint. A l’heure actuelle, l’instrument possède 45 jeux sur trois claviers et pédalier, et ses trois machines Barker.

Église Notre-Dame de Guibray L'église St-Paul, de style néo-gothique, qui domine le quartier de ses deux flèches jumelles de 76 mètres, est souvent qualifiée de "cathédrale bis". Cette église-halle peut accueillir plus de 2000 personnes. Le grand-orgue Walcker de 1897 a connu une histoire mouvementée... Mais les travaux les plus importants ont lieu en 1934 par la Maison Cavaillé-Coll-Pleyel. Après des réparations de Muhleisen et Kern, c’est en 1993 que l’instrument est restauré dans l’état de 1937 par la maison Walcker et le facteur Richard Dott. La partie instrumentale et le buffet ont été classés monuments historiques en 1987.

Eglise St-Thomas et Orgue Jean-André Silbermann.Le sanctuaire, devenu protestant à l'introduction de la Réforme en 1524, est dédié au culte luthérien depuis 1549. Des treize orgues, celui de St-Thomas est le mieux conservé. Ce chef-d’œuvre fut pourtant maintes fois transformé… L’instrument comporte à présent 38 jeux sur trois claviers complets et pédale.

Cathédrale Notre-Dame de BayeuxCette église, consacrée au culte luthérien depuis 1524, forme avec le cloître au nord et les bâtiments adjacents un ensemble médiéval unique. Les fresques médiévales ont été restaurées et complétées en 1897, pour restituer un intérieur entièrement peint. Placé sur une tribune à l’ouest de la nef, l’orgue construit en 1780 par Jean-André Silbermann (le fils aîné d’André Silbermann) ne comptait, à l’origine qu’un clavier et une pédale, avec 16 jeux. Cet orgue fit date et fut retenu par Helmut Walcha pour l’enregistrement d’une partie de son intégrale Bach. Il comporte à l’heure actuelle trois claviers et pédale, 41 jeux dont 5 jeux de Silbermann.

Le patrimoine organistique de Normandie est authentique, distingué tant par sa quantité que par sa qualité. Une vingtaine d’orgues de Caen constituent notamment les meilleurs exemples de la facture d’orgue, couvrant une période du XIVe siècle.